Sud-Gironde: des animaux de compagnie découverts dans des conditions « animales »

by

Le mardi 2 mars dernier, en Gironde, a été effectuée une découverte des plus accablantes. Une trentaine d’animaux était détenue par une famille et soumise à des conditions horribles. La SPA et la gendarmerie ne se sont pas contentées de faire une découverte : elles ont procédé à une saisie.

Une intervention avérée nécessaire

La Société Protectrice des Animaux a donné fin au périple de plusieurs animaux de compagnie en Gironde. En effet, les animaux qui avoisinaient le nombre de la trentaine vivaient dans des conditions désagréables. Deux mêmes complaintes ont été déposées pour leur venir en secours.
La première plainte a été observée par la SPA de Mérignac et la seconde par l’association Vénus. La plainte portait objet d’actes cruels à l’endroit d’animaux domestiques retenus en captivité ou apprivoisés. La Gendarmerie, la SPA et la direction départementale de la protection des populations se sont donc rendus sur les lieux.

Des animaux dans des conditions « animales »

L’un des membres de l’association Vénus faisait savoir que les animaux vivaient dans des « conditions catastrophiques ». Sur les lieux, ils ont découvert plus de 25 animaux mal entretenus, dans une maison qui présente les mêmes caractéristiques. L’association énumérait les animaux au nombre d’une quinzaine de chiens, une poule, neuf chats et bien d’autres animaux.
L’association Vénus a joué un rôle important dans cette découverte. « Des odeurs insoutenables », tels étaient les mots de cette association, qui exprimait sa déception de voir de pauvres animaux dans des « conditions de détention horrifiantes ». Aussi, elle précisait que des chiens, au nombre exact de 9, étaient captifs dans une pièce remplie de leurs propres excréments.
Parmi les membres de la famille qui retenait ces animaux en captivité, l’un était déjà condamné à une interdiction de posséder des animaux. Les animaux découvert ont été saisis et placés à la SPA de Bergerac, en attendant qu’ils soient pris dans des familles d’accueil.

By